L’attente et la sensation d’impuissance

Résumé de l'article:

Un message de Simon Leclerc.

Article:

Bonjour à vous tous,

Je suis revenu d’un long voyage de 6 mois, qui m’aura conduit de la Chine à l’Irlande, en passant par l’Himalaya du nord de l’Inde. À mon retour à la fin de l’été dernier, j’ai pris une pause de mes engagements professionnels pour me permettre d’intégrer ce que j’ai vécu. J’ai senti que je devais faire le vide pour laisser les nouveaux apprentissages reçus se déposer en moi.

Le temps est un concept difficile à comprendre pour le mental, car même lorsque nous nous percevons prêts pour un changement et disposés à vivre une nouvelle aventure dans notre vie, l’énergie nous demande parfois d’accepter que le timing n’y soit pas. Il faut alors laisser le temps s’écouler et à un moment, la vie nous informe, par un heureux « hasard », que l’énergie du changement souhaité est maintenant au rendez-vous. C’est d’ailleurs ce qui m’amène à vous transmettre ce nouveau message aujourd’hui, car le temps de me remettre en mouvement est arrivé pour moi.

Les cycles Je compare souvent le processus de l’attente aux cycles lunaires qui durent 28 jours. Cette durée reste toujours la même, indépendamment du niveau d’impatience que nous pourrions y ajouter. Cela n’aura absolument aucune influence sur le processus. Mais à un moment précis, lorsque l’alignement est de nouveau parfait, la lune pleine devient palpable et visible pour tous.

Plusieurs personnes interprètent que l’absence de changement apparent dans leur vie correspond à une impasse. Quand ce qu’ils souhaitent ne semble pas se manifester pour eux, cela éveille une frustration et une sensation d’impuissance qui leur font ressentir le poids de la situation et l’insatisfaction qu’elle génère. En parallèle, lorsqu’un être apprend à composer avec les cycles de la vie et SAIT qu’il est créateur de sa destinée, il demeure en paix avec les pauses, qu’il perçoit comme un passage nécessaire lui permettant d’accueillir les changements souhaités.

Confusion Maintenant, il faut aussi comprendre qu’il existe une grande différence entre « attendre que l’extérieur guide sa vie » et « créer sa vie selon ses propres idéaux, pour par la suite laisser les choses se mettre en place divinement » [mouvement largement décrit dans un précédent message nommé « Le tourisme spirituel ».

Cette confusion amène plusieurs personnes à vivre une forme d’anxiété devant le statu quo, car ils confondent le processus permettant au changement de se mettre en place au rythme parfait, avec l’espoir stérile qu’une force extérieure viendra insuffler le mouvement attendu. Bien que subtile, la différence entre ces deux façons d’être est majeure. Tentons d’y voir plus clair.

Plusieurs aiment se blottir dans la sensation qu’une force extérieure bienveillante sait mieux qu’eux ce qui leur convient. Cette idée les réconforte, tout en nourrissant en eux l’impression qu’ils sont tout petits dans ce vaste Univers conscient et intelligent. C’est ce jugement d’eux-mêmes (je suis trop petit) qui les amène à abandonner leur destinée à cette force extérieure, oubliant du même coup que l’Univers vit d’abord en eux et s’exprime à travers eux.

Les Univers individuels En vérité, rien ne peut prendre forme à l’extérieur de nous, si cela n’a pas déjà été conçu à l’intérieur. Chacun vit au centre de son propre Univers et crée sa réalité selon ce qu’il accepte d’y intégrer comme pensée et sensation. C’est un processus tellement simple et à la fois difficile à saisir tellement il nous paraît banal. «Comment est-ce que le simple fait de maintenir une pensée en moi pendant 20 secondes peut transformer ma vie? C’est beaucoup trop « pensée magique » pour être vrai. Seuls des êtres naïfs peuvent croire à cela». Et pourtant…

Ceux qui croyaient que la Terre était au centre de l’Univers n’avaient pas totalement tort, car en vérité, nous sommes tous au centre de notre propre Univers individuel. L’humanité est en fait un assemblage complexe d’Univers humains interagissant continuellement les uns avec les autres.

Cette présence bienveillante autour de nous, que certains nomment Dieu, existe réellement (cela fait partie de ma réalité du moins), et elle se présente sous la forme d’une sensation d’union amoureuse. Mais son rôle n’a jamais été de nous infantiliser, de nous sauver, ou de nous prendre en pitié. En vérité, elle il la substance même qui soutient notre vie. Il est l’énergie d’amour en mouvement. Nous sommes son corps, ses cellules et il prend son expansion à travers la nôtre. Peu importe la définition que nous avons de ce qu’est le concept de Dieu, cette force de vie consciente ne veut rien d’autre pour nous que de nous voir heureux à assumer pleinement notre pouvoir divin et notre alliance universelle. Stimuler en nous le souvenir que nous sommes Un avec lui, voilà son ultime intention.

Message complet à lire sur le site d’origine.

 

Lien internet associé:

http://www.psychologiedelame.com/message-12-11-17.html

Vidéo associée:

Commentaires:

Auteur

Adresse email:

Téléphone: