« L’élite » mondiale à Guantanamo Bay

Résumé de l'article:

Un article de Michael Salla

Article:

Traduction : Michelle

L'Internet a été bourdonnant de rumeurs selon lesquelles des membres de haut niveau de l'État Profond (cabale / Illuminati /Élite) sont détenus pour des violations des droits de l'homme et pour de la corruption et sont emmenés, par les forces spéciales américaines, à la prison militaire de la base navale de Guantanamo Bay (Gitmo), à la suite de milliers d'actes d'accusation scellés. Plusieurs sources ont rapporté que des gens très connus sont emmenés là-bas. Alors que ce ne sont encore que des rumeurs, les événements récents indiquent leur vraisemblance. Si ces rumeurs sont exactes, ces enquêtes secrètes, ces arrestations et ces transports vers Gitmo, où les personnes ainsi détenues risquent une détention prolongée et auront à faire face à la justice militaire, cela a d'énormes implications politiques et rendent possible la divulgation d'informations auparavant cachées par l'État Profond. Une des sources de telles rumeurs vient de David Todeschini, un ancien combattant de l'USAF qui a écrit un exposé sur les opérations secrètes pendant la guerre du Vietnam. Il décrit ce qu'il a appris d'une source fiable du FBI, sur les récents événements survenus à Guantanamo dans une vidéo YouTube du 24 décembre 2017, qu'il a résumée comme suit: « Des sources confidentielles de haut niveau racontent à ce journaliste que la prison militaire américaine de Guantanamo Bay a été informée de s'attendre à recevoir des prisonniers de haut rang sous peu - peut-être à la suite de plus de 10,000 inculpations fédérales scellées.1,000 Marines ont accompagné le général Mattis à Gitmo pour assurer la sécurité des «prisonniers spéciaux». Une autre source d'informations sur ces transports secrets à Gitmo, via des actes d'accusation scellés est un journaliste vétéran, le Dr Jerome Corsi, qui a publié sur Twitter : #QAnon # Qanon8chan. Quelque chose se passe à GITMO - les enregistrements de vol sont partagés sur Subreddit post CBTS_stream ici: https://t.co/3CnO7GpczZ  Cela se rapporte à l'ordre exécutif @realDonaldTrump, concernant la confiscation des actifs pour ceux qui sont impliqués dans les violations des droits de l'homme - Jerome Corsi (@jerome_corsi) 29 décembre 2017

Une troisième source est Brenden Dilley, animateur de radio, candidat pour un poste au Congrès américain, qui a reçu des informations d'un autre lanceur d'alerte anonyme qui a fait ses preuves en matière de fiabilité. L'information de ce dernier est apparue dans un article du 27 décembre, qui a été attribué à tort à QAnon. Le message fait référence aux arrivées VIP récentes à Gitmo : « Ce qui mérite d'être souligné dans ce message, c'est que les nouveaux résidents ont commencé à arriver à Gitmo le 26 décembre 2017, et d'autres étaient attendus. C'était après que le président Trump ait publié son décret le 21 décembre, déclarant une «urgence nationale» en réponse aux violations des droits de l'homme et à la corruption partout dans le monde ». Enfin, nous avons Benjamin Fulford, ancien correspondant du magazine Forbes, qui a écrit le 1er janvier 2018 :

« Dans un moment historique de justice poétique, la plupart des principaux auteurs américains de la fausse « guerre contre le terrorisme» ont eux-mêmes été emmenés au camp de la marine américaine à Guantanamo, à Cuba, selon des sources du Pentagone. Les agents des Rothschild, George Soros, Peter Munk, Peter Sutherland, les Bush, les Podestas et bien d'autres ont été transportés par avion à Gitmo, pour faire face à des tribunaux militaires, alors que le ministère de la Défense dépense 500 millions de dollars pour moderniser la prison et pour engager des Marines », disent les sources ».

Ce qui peut être déduit, à partir de ces sources indépendantes, est que des membres de haut niveau de l'État Profond, dont beaucoup font partie d'un réseau mondial pédophile satanique, sont détenus par les forces spéciales américaines et emmenés à Gitmo, où ils seront détenus indéfiniment, tandis que la justice militaire est appliqué à leurs cas. Les installations de détention de Gitmo ont été considérablement améliorées avec des agrandissements et avec plus de personnel pour accueillir une infusion de prisonniers VIP. L'un des premiers à faire référence aux forces spéciales américaines, utilisées pour enquêter et détenir des personnalités de l'État Profond sous l'autorité d'actes d'accusation scellés, était le lanceur d'alerte du Programme Spatial Secret, Corey Goode. Il a fait référence à de telles enquêtes militaires le 9 août 2017, après avoir été informé par une source qu'il a décrite comme étant une personne, retraitée du FBI et de l’armée : « Il y a des équipes de forces spéciales américaines qui ont conduit «une surveillance intérieure » et des enquêtes sur un groupe satanique qui a infiltré tous les aspects des agences gouvernementales et de l'armée. Ces équipes des forces spéciales sont en place depuis le milieu du cycle électoral .... J'ai été informé qu'un rapport secret sur la façon dont ces infiltrations sont omniprésentes est plus choquant que ce qui était prévu. Étrangement, ce rapport contenait aussi des notes de plusieurs grands jurys secrets qui sont actifs en ce moment au District de Columbia.

Le rapport indique que la conspiration implique la majorité des puissants au sein des structures de pouvoir des Nations-Unies, de l'UE, des États-Unis, de l'État et des villes. Ces organisations gouvernementales sont complètement complices de ce qui se passe. Jusqu'aux bureaux de poste locaux et aux postes de police ».

Plus récemment, Goode dit que ses sources lui ont dit que Gitmo est en train d'être amélioré pour accueillir des détenus VIP, et que cela inclut un accès pour fauteuil roulant pour certains d'entre eux, qui sont détenus par des forces spéciales travaillant dans le monde entier. Il a parlé de cela à David Wilcock : « Les grands jurys secrets avaient presque totalement complété leurs enquêtes quand tout a changé. Ils avaient préparé des actes d'accusation scellés, mais ils ont ensuite reçu une grande quantité de nouvelles informations, ce qui leur a donné « un filet plus large à lancer ». Leur enquête a pris considérablement plus d’ampleur depuis ce temps. Ils ont appris tellement de choses sur les plans de la cabale préparant un coup d'État que je ne sais pas combien de temps l'Alliance pourra attendre avant d’agir et empêcher la cabale de se faufiler hors du pays.

Certains des pires éléments ont réussi à quitter le pays, mais les équipes des Forces Spéciales prévoient de se rendre dans certains de ces pays où se cachent ces membres de la cabale et de les prendre par la force ».

Ces affirmations sont-elles vraies? En scrutant les archives publiques, on sait que James Mattis, secrétaire à la Défense, a rendu visite à Gitmo le 21 décembre, devenant ainsi le premier secrétaire à la Défense à le faire depuis 2002. C'est le même jour où Trump a publié son fameux Décret, dans lequel il a déclaré :

« Je détermine donc que les violations graves des droits de l'homme et la corruption dans le monde constituent une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des États-Unis, et je déclare une urgence nationale pour faire face à cette menace ».

Le timing suggère que c'était plus qu'une coïncidence, et a soulevé un lien possible entre la visite de Mattis et le décret. Un tel lien est renforcé par une visite précédente à Gitmo en juillet 2017 par le procureur général Jeff Sessions, qui a qualifié Gitmo d’endroit «parfaitement acceptable» pour détenir de nouveaux terroristes présumés, plutôt que de les détenir aux États-Unis où ils seraient jugés par des tribunaux civils par le ministère de la Justice.

Il est tout à fait possible que Gitmo soit utilisé pour héberger des détenus sous le mandat exécutif de Trump. Ils pourraient être traités de la même manière que des terroristes dans le cadre de «l'urgence nationale» de l'Ordre exécutif qui déléguait ce pouvoir à toute agence américaine, selon la fonction principale du Décret, de couper les avoirs financiers des individus et groupes ciblés :

Sec. 8. [...] Le Secrétaire du Trésor peut, conformément à la loi applicable, déléguer l'une quelconque de ces fonctions à d'autres fonctionnaires et organismes des États-Unis. Toutes les agences prennent toutes les mesures appropriées dans le cadre de leur autorité pour mettre en œuvre la présente ordonnance.

En conséquence, le décret-loi de Trump a fourni une base légale solide aux forces spéciales américaines pour détenir physiquement des individus ciblés dans la partie continentale des États-Unis et partout dans le monde, et de les déplacer à Gitmo si nécessaire.

Le droit militaire plutôt que le droit interne américain s'appliquerait aux personnes détenues par les forces spéciales des États-Unis, agissant sous l'autorité des actes d'accusation scellés et au décret du 21 décembre. Ce serait un puissant levier qui pourrait être utilisé pour obtenir des aveux et de la coopération de la part des membres de l'État Profond de niveau inférieur contre leurs supérieurs, qui sont amenés à Gitmo.

Un autre fait pertinent est que Todeschini affirme que 1,000 Marines ont accompagné Mattis et resteront à Gitmo, pour assurer une sécurité spéciale aux prisonniers VIP. De même, Fulford mentionne que les Marines et la police militaire de la Garde nationale ont été emmenés à Gitmo.

En ce qui concerne le personnel de l’USMC (U.S Marine Corps) qui a été emmené à Gitmo, un reportage du Miami Herald fait référence à une proposition de modernisation à Gitmo, qui prévoit la mise en place d'installations pour 848 prisonniers en quatre ans. Ceci est très proche des 1,000 Marines (mentionnés par Todeschini et Fulford) et qui auraient été envoyées là pour garder les prisonniers VIP.

Il y a également corroboration concernant le fait que la police militaire de la Garde Nationale  serait présente là-bas. Le 29 décembre 2017, il a été signalé que la Garde Nationale de l'Arizona déployait plus de quatre dizaines de policiers militaires à Gitmo pour un mandat de neuf mois.

Selon un rapport du département de la Défense, cité dans une déclaration du Congrès américain du 24 mai 2016, la population carcérale de pointe de Gitmo était de 684 en juin 2003, et ramenée à environ 80 en 2016. Les estimations plus récentes de la population carcérale de Gitmo est d'environ 40 terroristes islamiques

Un article du Miami Herald du 21 août 2017 a révélé que l'administration Trump prévoyait de dépenser jusqu'à 500 millions de dollars pour moderniser les installations de Gitmo. Cela comprenait une proposition de la Marine de construire un hôpital de cinq lits pour un coût total de 250 millions de dollars.

Le fait qu'un hôpital de cinq lits soit construit à un coût aussi important suggère que Trump prévoit d'augmenter considérablement le nombre de prisonniers à Gitmo. Il ne s'agirait cependant pas de terroristes islamiques présumés, mais de prisonniers VIP, selon les violations des droits de l'homme et la corruption, qui ne seront pas autorisés à recevoir des soins médicaux sur le continent américain.

Enfin, nous arrivons à l'affirmation principale selon laquelle des milliers d'actes d'accusation scellés ont été préparés et ont été utilisés pour autoriser la détention et l'extraction du personnel de l'État Profond. Le système d'accès public aux dossiers électroniques des tribunaux (PACER) a été examiné pour confirmer l'existence de 4,289 actes d'accusation fédéraux scellés depuis le 22 novembre 2017, selon l'ancien agent du FBI Hal Turner.

Plus récemment, des sources affirment que le nombre de mises en accusation scellées est passé à plus de 9,000 au 24 décembre 2017. Ce chiffre n'a pas encore été établi comme vrai, mais il serait raisonnable de conclure que les chiffres publiés en novembre pourraient avoir augmenté de manière significative en décembre.

En conclusion, il existe des preuves convaincantes pour soutenir que des personnalités influentes du trafic international d'enfants, impliquées dans la traite des enfants, dans des violations des droits humains, dans la corruption et dans les rituels sataniques font l'objet d'enquêtes, de détentions et d'extraditions vers Gitmo, via les inculpations scellées mises en force par les Forces spéciales américaines.

Les implications des événements en cours,  pour ce qui est de la divulgation des technologies cachées liées aux Programmes Spatiaux Secrets, aux bases en Antarctique cachées sous les calottes glaciaires et à la vie extraterrestre, toutes choses auparavant réprimées par l'État Profond, sont sérieuses.

Il y a des raisons d’être prudemment optimistes pour que les perspectives de «divulgation complète» augmentent de façon substantielle, à mesure que davantage de fonctionnaires corrompus de l'État seront amenés à Gitmo. Leur retrait de puissantes positions de leadership mondial aidera grandement à mettre fin à leurs politiques de plusieurs décennies, qui privaient le reste de l'humanité des avantages des technologies avancées qui révolutionneront la vie sur toute la planète.

© Michael E. Salla, Ph.D. Copyright

Lien internet associé:

http://exopolitics.org/global-elite-taken-to-gitmo-by-us-special-forces/

Vidéo associée:

Commentaires:

Auteur

Adresse email:

Téléphone: